Lille : 1887-1968 – VIE ASSOCIATIVE

. La représentation étudiante et les avantages matériels sont les objectifs principaux de l’Union qui déclare également vouloir participer à la diffusion du savoir. La gestion de l’Union est confiée à un comité élu. Les ressources sont de trois ordres : les cotisations des membres, les subventions obtenues et les revenus propres.

L’Union offre aux étudiants des avantages pécuniaires et des avantages intellectuels. Elle reçoit un grand nombre de journaux, de revues et de périodiques. En 1914, le livret de l’étudiant nous apprend que l’on peut trouver au siège rue de Valmy, 183 journaux et périodiques. Une petite bibliothèque comprend environ 14.000 volumes, de nombreux manuels et des dictionnaires. Une salle de travail est ouverte tard le soir, ce qui compense les horaires réduits de la bibliothèque universitaire. L’Union publie également un journal illustré, Lille-Université dont la distribution est faite gratuitement aux membres actifs de l’association. L’Union propose aussi des sorties et des loisirs. Elle est d’ailleurs à l’origine du développement du sport étudiant. En janvier 1895, une association sportive des étudiants de Lille voit le jour. Lorsque la maison des étudiants est enfin construite en 1907, des cours d’escrime sont donnés dans les sous-sols. La création du Lille-Université-Club (L.U.C.) vient ensuite fédérer les multiples groupes sportifs étudiants. Pour occuper les loisirs des étudiants, il y a la lecture ou le sport mais aussi la fête et l’Union devient très vite une spécialiste dans l’organisation des fêtes intimes, des soirées musicales et des « zinzins ». Les avantages pécuniaires ne sont pas négligeables pour autant : la carte de l’Union fait bénéficier de 5 à 25% de réduction dans de nombreux commerces de Lille ; un service de médicaments est offert à tarif réduit par certains pharmaciens ; plusieurs médecins soignent gratuitement les membres. L’Union donne également des renseignements sur les chambres et appartements à louer, les pensions et les restaurants.

Avec le développement du public féminin dans les facultés, une Association des Étudiantes de l’Université de Lille apparaît en 1910. Cette Union offre pratiquement les mêmes avantages que son équivalent masculin. le désir de créer un local qui leur soit réservé naît rapidement. Une petite cité universitaire voit le jour , boulevard Louis XIV. Il s’agit d’un petit restaurant et d’une pension de famille où les jeunes filles seront en sécurité. Le 3 septembre 1906, c’est à Lille qu’est créée l’Union Nationale des Associations d’Étudiants de France, ancêtre de l’UNEF. Elle regroupe la plupart des associations étudiantes régionales. Les intérêts corporatifs et professionnels des étudiants sont exposés et discutés chaque année lors du congrès de l’Union Nationale. En 1906 et 1911, les étudiants lillois reçoivent les congrès et montrent à la France l’importance de l’université du Nord. Ces deux congrès sont d’ailleurs l’occasion de faire la fête pendant plusieurs jours.

L’Union des étudiants et étudiantes de l’État, fondée en 1881, reconnue d’utilité publique le 17 février 1930, a son siège à la Maison des Étudiants au 49 rue de Valmy. Les locaux de l’Association sont ainsi situés au centre du quartier universitaire, à côté de la Faculté de Médecine et de la Faculté des Sciences, non loin des Facultés de Droit et des Lettres. L’immeuble de la Maison des Étudiants a été construit en 1905 grâce à la générosité de M. Georges Lyon, MM. Léonard Danel, Ledieu-Dupaix, Coquelle, de M. Ch. Richet, du Conseil Général du Nord, et de la Ville de Lille. D’une longueur de façade de 27 mètres, il comprend un sous-sol et deux étages. Au rez-de-chaussée, faisant suite au vestibule où se trouvent face à face la stèle des morts tombés au champ d’honneur et le monument dédié aux jeunes générations estudiantines, sont situés, la permanence, une vaste salle de bar (buffet froid, consommations à tarif spécial, jeux divers, trois billards) ; un restaurant universitaire construit en 1922, permettant de servir aux étudiants jusqu’à 800 repas par jour à prix réduits, les salles de travail des sections de Droit et de Lettres, le cabinet phonographique et le téléphone.

 UNEF, faluche, lille, union des étudiants de l'état, étudiant

C’est au secrétariat général du Centre Régional des Oeuvres en faveur de la jeunesse scolaire et universitaire, 34 rue Jean Bart, que les étudiants peuvent consulter les divers services mis à leur disposition par le Comité. La Maison des Oeuvres de L’Université est installée dans un vaste immeuble et nommée ainsi depuis le début de l’année 1946. Le Conseil d’administration du Centre est présidé par Mr Debeyre et composé de MM. les Doyens des Facultés et des représentants étudiants. Il a pour mission de favoriser toutes les oeuvres et initiatives qui peuvent contribuer à l’amélioration des conditions de vie des étudiants. Il coordonne l’action des oeuvres d’ordre social, médico-social, culturel et de plein-air et en contrôle la gestion. Le centre reçoit les demandes d’admission aux logements étudiants en accordant une priorité aux étudiants de situation modeste, ainsi qu’aux étudiants étrangers boursiers

faluche, lille, union des étudiants de l'état, étudiantfaluche, lille, union des étudiants de l'état, étudiant


Article trouvé sur http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-SiteUniversite/htdocs/vie-associative.html

Lille – Les origines du Singe

Éléments de contexte

Pour ma part, j’avais en tête l’article auquel Ptit Joe faisait référence et qui relatait que le Singe avait amené vivant par l’équipe d’Afrique du Sud lors d’une rencontre de rugby contre l’Université de Lille. Le singe étant resté à Lille, il devint rapidement la mascotte locale.

 

 Source : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-SiteUniversite/htdocs/sport.html

 Note : aucune mention concernant l’année de cette rencontre…

 

Qu’apporte l’article de Lille Université

Cet article fait état des traditions au sein de L’U. (ie Union des Etudiants de Lille) et plus particulièrement d’une qualifiée de « La belle tradition de l’U, c’est le singe ». 

L’article fait mention d’un « vrai singe » et qui a « l’inappréciable avantage d’être empaillé » ce qui contribue à le rendre selon l’auteur de l’article « plus vénérable, et plus propre ».

Note : notre singe rugbyman serait-il passé de vie à trépas dans la belle ville de Lille et afin d’honorer sa mémoire, les étudiants de l’Union auraient-ils pris la décision de le faire empailler… 

Il est également précisé que ce fameux singe « préside aux destinées de l’U » et que ses membres ne « sauraient vivre sans lui ».

Notre singe réside dans le « salon de la Dictature » considéré par les étudiants par « le Saint des Saints »

 

Le rituel

 Le singe est semble t-il au centre d’une cérémonie, une sorte de rituel initiatique qui est le suivant :

« Les bonzes, introduits tour à tour dans le sanctuaire (ie. La chambre de la Dictature), la tête rasée et couverte de cendre, les pieds nus, un cierge à la main, s’avancent défaillants. Chacun d’eux prononce les imprécations d’usage, vide d’un trait un grand demi et imprime ses lèvres à l’endroit consacré. Autrefois, l’extrémité caudale du singe recevait ce chaste baiser. Aujourd’hui ! … Hélas ! Trois fois hélas ! Les traditions baissent !

Note personnelle : je comprends mieux l’importance du singe et de son usage en tant qu’emblème au sein de l’Union

Le lieu du rituel – la salle du Comité

 

A propos du singe – Les insignes de l’U.E.L.

Il est à noter qu’au moins 2 matrices ont existé, par contre, je suis dans l’incapacité de pouvoir les dater et les replacer dans le temps…avis aux éventuels contributeurs

Vous connaissez le jeu des 7 erreurs, dans ce cas à vous de jouer…

 

   

 


Ajouté par Hervé Giraud le 2 décembre 2012