L’artilleur de marine

L’artilleur de marine

J’ai fait trois fois le tour du monde
Et n’ai rien vu d’aussi poilu, d’aussi poilu
Ni de plus belle chose au monde
Que l’trou d’mon cul (ter)


Refrain:
L’artill’rie d’marine, voilà mes amours
Et je l’aimerai, je l’aimerai sans cesse,
L’artill’rie d’marine, voilà mes amours
Et je l’aimerai, je l’aimerai toujours


Si j’suis entré dans la marine
C’est qu’les obus sont si pointus, sont si pointus
Qu’ils entreraient mieux qu’une pine
Dans l’trou d’mon cul (ter)

De Singapour jusqu’à Formose
J’n’ai jamais vu, non jamais vu, non jamais vu,
J’n’ai jamais vu chose aussi rose
Que l’trou d’mon cul (ter)


J’ai visité des capitales,
J’n’ai jamais vu, non jamais vu, non jamais vu,
Un’chose aussi parfait’ment sale
Que l’trou d’mon cul (ter)


A mon dernier voyage en Chine
Un mandarin gros et ventru, gros et ventru
Voulu me foutr’le bout d’sa pine
Dans l’trou d’mon cul (ter).


Si j’étudie la médecine
C’est qu’les clystèr’s sont si pointus, sont si pointus
Qu’ils entreraient sans vaseline
Dans l’trou d’mon cul (ter)


J’ai fait trois ans de gymnastique
J’n’ai jamais pu, non jamais pu, non jamais pu,
Poser un baiser sympathique
Sur l’trou d’mon cul (ter)


L’adjudant-chef qu’est de service
A une sal’gueul’si mal foutue, si mal foutue,
Qu’on la prendrait sans plus d’malice
Pour l’trou d’mon cul (ter)


Quand j’s’rai un p’tit vieux qui radote
Et que bander, je n’pourrai plus, je n’pourrai plus
J’irai voir Jeanne ou bien Charlotte
Pour m’lécher l’cul (ter)

 

Laisser un commentaire