Présentation du Conseil des Grands Singes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tout d’abord, pour présenter le Conseil des Grands Singes (CGS), nous rappellerons le contexte dans lequel il est né,ses buts, son fonctionnement et ses statuts. Puis nous listerons ses actions passées. Enfin nous évoquerons les commissions qui composent le CGS et celles qui seront mises en place dans les prochains mois.

I- Historique

A- Contexte de sa création

Les années 1980-90 étaient le grand retour des associations étudiantes (corpos et monodisciplinaires) qui étaient en retrait depuis mai 1968. Dans le même mouvement, la faluche qui avait vivoté dans les facultés à fort esprit corporatiste et aux longues études comme Médecine ou Pharma, revenait sur le devant de la scène.

Les faluchards se multipliaient comme des petits pains et avec, son lot d’anarchie. Tout cela entraîna quelques erreurs de comportement.
Rien n’était structuré, le code se passait de mains en mains mais rien à grande échelle. L’origine même de la faluche était incertaine car Bologne côtoyait Paris ou Venise (Sic!). Seule une thèse en Médecine de Guy Daniel posait sans conviction les bases de la faluche et elle n’était pas facile à se procurer.
De plus, les syndicats étudiants politisés menaient une bataille rangée contre la faluche car, associés aux corpos, nous gagnions de nombreux sièges aux différents CA, CEVU et autres CROUS. Ceci nous permettait d’avoir une légitimité et un poids pour les évènements faluchards (nous dormions dans les cités universitaires pour les congrès 😉 grâce aux élus du CROUS). Pour anecdote, l’Ordre du Vénéré Bitard (L.S.T.) avait présenté une liste pour la défense de la petite Huguette et avait remporté un siège. Beaucoup d’étudiants s’amusaient enfin de ce sang neuf dans les facs face à la lourdeur des syndicats. Les faluchards faisaient bouger à la fois la faculté le jour avec les annales que la nuit avec l’organisation des soirées.

Un premier code fut édité en 1986 qui se voulait “national” en citant 2 grandes variantes: la faluche Montpelliéraine et Strasbourgeoise. Malgré tout, un chaos régnait du fait que nous ne savions pas d’où nous venions faute du peu d’exemples de récits historiques et de la rareté de témoignages d’anciens.

B- Réunion des croix – Toulouse 106

C’était la deuxième année, après Nancy 105, où les filières médicales n’avaient plus les rênes pour l’organisation des congrès. Les Droits, Lettres et surtout les Sciences étaient en tel nombre que la logistique leur revenait.
Malheureusement, ces filières courtes, avec peu d’expérience, maintenaient avec peine une certaine tradition dans leurs filières. Un joyeux bazar se multipliait un peu partout.

Un GM national était nommé chaque année afin de porter la bonne parole. Le symbole était une croix de GM sur ruban tricolore. Ce poste existait depuis le 100ème à Reims. Le dernier GM national était Nounours de Reims (Médecine). Tout comme les congrès, cette croix portée par des rubans de velours allait revenir cette année là aux Sciences. Les personnes supposées pour ce rôle préférèrent se désister face à l’ampleur de la tâche (Ptit Joe Sciences Rennes, Chacha Sciences Toulouse, Toutoune Sciences Clermont). Pour rappel, les moyens de communication étaient la lettre timbrée et le téléphone fixe (les parents vous tombaient dessus face aux factures astronomiques 🙂 ).
Il fut alors décidé de créer une instance nationale.

Extrait du compte rendu de la réunion des croix – Toulouse 106

“Le principal problème posé (en dehors des questions de code) était le comportement des faluchards à l’intérieur de leur ville respective.

En effet après quelques conflits évoqués lors de l’AG (il n’est pas nécessaire de les étaler), les GM et représentants des villes ont décidé que les faluchards devraient régler leurs problèmes respectifs au sein de leur ville, voire filière. Dans le cas où ils n’arrivent pas à statuer sur la décision à prendre (notamment en ce qui concerne les erreurs graves commises par les GM), une instance nationale peut aider à trancher la décision.

Concernant le GM national, l’AG a préféré mettre en place un conseil d’anciens afin d’éviter les problèmes logistiques et matériels que peut envisager la nomination d’une seule personne. Ce conseil se compose de faluchards issus des 4 coins de la France et d’un grand nombre de filières diverses: (…Liste de 13 noms)”

Le Conseil des Grands Singes était créé par les GM.

 

II- Buts et fonctionnement

A- Extraits des statuts

(…)

II- Dénomination et insigne
(…)Le titre de “Grands Singes” a été choisi pour que certaines personnes ne se prennent pas trop au sérieux.

L’insigne qui a été défini est celui du branleur, symbolisant la masturbation mentale. Les premiers membres du CGS avaient pu trouver un insigne d’un singe se masturbant, mais celui-ci est à l’heure actuelle introuvable. La masturbation mentale ne s’arrête pas pour autant.

L’insigne représentant un membre du CGS est donc un singe sur un ruban crème, couleur appartenant à aucune couleur de discipline, avec le chiffre de l’anniversaire de Faluche correspondant à son élection.

Suite (accès restreint)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.