1889- BRASSERIE D’ÉTUDIANTS – tableau de Jean Beraud

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tableau à l’huile, 37,7 x 52,7 cm

1889 Jean Beraud – brasserie d’étudiants

 

Disponible en haute résolution à cette adresse: http://www.sothebys.com/fr/auctions/ecatalogue/2012/19th-century-paintings-n08847/lot.45.html

Commentaire repris de la page facebook dédiée à ce peintre:

“Une jeune serveuse s’offre un instant de pause avec un étudiant dans une brasserie située probablement dans le Quartier latin, un instant qui peut aussi être propice à une tentative de séduction. On note la présence d’un chat assis sur la banquette, une présence extrêmement rare dans les tableaux de Jean Béraud.
Au 19ème siècle, les étudiants forment une micro-société, une catégorie sociale difficile à cerner. Milieu essentiellement masculin, même si les femmes s’imposent peu à peu, appartenant très majoritairement à la classe bourgeoise, le monde étudiant est perçu comme une classe d’âge voire une catégorie générationnelle. Le droit et la médecine restent les disciplines reines, bien que l’on assiste dans les dernières décennies du 19ème siècle au fort développement des lettres. Le quartier latin, avec la Sorbonne, est à l’époque le principal quartier étudiant de Paris.
La dernière vente aux enchères de ce tableau remonte au 4 mai 2012, une vente organisée par Sotheby’s à New-York. L’oeuvre a été acquise par un collectionneur pour 782 000 $.”

Voici des détails du tableau:

Etudiant en Faluche et une serveuse faisant une pause. L’éternel cliché de l’étudiant et de sa grisette.

 

L’étudiant en faluche avec sa pipe. Un des accessoires symbolisant l’étudiant, avec la canne également. Picasso avait également peint l’étudiant sous cette symbolique.

 

Picasso – L’étudiant à la pipe

 

Biographie
Jean Béraud (1849 Saint Pétersbourg -1935 Paris) suit des études au lycée Bonaparte, puis devient l’élève de Léon Bonnat à l’École des Beaux-Arts de Paris et débute au Salon de 1872. En 1876, il connaît le succès avec son tableau Le Retour de l’enterrement.
Il devient un des principaux peintres de la vie parisienne de la Belle Époque. À travers une multitude de scènes de genre, il peint avec acuité, et parfois avec ironie, le milieu feutré de la bourgeoisie, les petits métiers, l’ambiance des cafés, les réunions publiques, les scènes de la vie quotidienne des rues de Paris. Il est également l’auteur d’environ 200 portraits. Dans un registre très différent, il compose quelques tableaux à thèmes religieux.
En 1890, il est l’un des cofondateurs de la Société nationale des beaux-arts avec, entre autres, Auguste Rodin, Joseph Meissonnier et Puvis de Chavannes. Il en devient le vice-président.
En 1887, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur, puis est promu officier du même ordre en 18944.
Jean Béraud est l’un des témoins de Marcel Proust lors de son duel, à Meudon, avec Jean Lorrain, en février 1897 au sujet d’un article jugé injurieux sur Les Plaisirs et les Jours5.
Il meurt le 4 octobre 1935 à Paris et est inhumé dans la même ville au cimetière de Montmartre.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_B%C3%A9raud

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.