2018 – Poitiers : les Bitards sont dans la ville !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La fanfare des Bitards hier à midi lors de sa tournée des amphis sur le campus universitaire
La fanfare des Bitards hier à midi lors de sa tournée des amphis sur le campus universitaire.
© Photo NR

 

La 69e semaine estudiantine commence. Orchestrée par l’Ordre du Vénéré Bitard (Loué Soit-Il !) elle perpétue un folklore rabelaisien toujours vivace.

Le froid et les flocons sont revenus hier sur le campus. Les Bitards aussi, fidèles à une tradition étudiante quasi séculaire *. Autour de midi, coiffés de faluches et enroulés dans leurs capes, novices, chabousses, grand sommelier, grand escriturier, grand maître et autres grandes capières ont au son de leur fanfare rameuté des étudiants transis pour leur offrir un apéritif maison, la Jacqueline, et leur présenter le programme de la semaine.
Une 69e semaine estudiantine qui jusqu’à dimanche sera jalonnée d’apéritifs, d’un pique-nique, de soirées dans les bars, de jeux, rallyes et autres moments festifs. Pour Alexandre Lentz, le Grand Maistre Chalutier à la barre de ce vaisseau, c’est avant tout cela qui prime : « On perpétue une tradition rabelaisienne. Le plus important pour nous, c’est de réussir ses études et de divertir les étudiants avant leurs partiels, de lâcher la pression et de faire la fête ».

De Poitiers à Bitardbourg

Alors qu’on se le dise, les bitards sont en ville. Avec force slogans – le thème de cette semaine est “ Tiens bon la fac et tiens bon le vin ” – et une grosse envie de s’amuser dans une ville temporairement rebaptisée Bitardbourg. « Nous sommes la plus vieille association étudiante de France, poursuit le Grand Maître, avec ses rites et ses traditions, comme le pique-nique à la Pierre Levée, hommage à Rabelais ou encore la chasse au Vénéré Bitard (Loué Soit-Il !) qui aura lieu samedi et qui permettra de désigner un nouveau grand bitardier pour l’année à venir ». Cette semaine s’ouvre aussi cette année dans un contexte un peu particulier, quelques jours à peine après le vol du clitoris géant du campus et la dégradation de la Blanche verge, le phallus de béton emblème de la confrérie.
Simple coïncidence, malveillance assumée à l’encontre d’un ordre souvent taxé de sexiste ? (lire ci-dessous) « Il y a des gens qui ne nous aiment pas, reconnaît le Grand Maistre, mais nous on déplore ces actes. On est là pour divertir et rassembler les étudiants avant tout ».


* L’Ordre fêtera son centième anniversaire en 2021.

Source: https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/poitiers-les-bitards-sont-dans-la-ville

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.